Biografie (francais)

Paul Boldt (1885-1921) est un poète de l’époque expressionniste allemande. Bien qu’il en fût une figure importante en son temps, son oeuvre est aujourd’hui presque totalement tombé dans l’oubli.

Fils d’un propriétaire de domaine, il avait fait des études de philologie à Munich, Marbourg et Berlin. Cédant à la fascination qu’exerçait sur lui la grande ville de Berlin, il interrompit ses études et commença à publier des poèmes – qui connaissaient beaucoup de succès – dans la revuel littéraire et politique Die Aktion. Depuis lors, il mena une vie d’extravagant.

En 1914, il publia son recueil fameux, Junge Pferde! Junge Pferde! , les poèmes posterieurs, moins en moins nombreux, sombrent plutôt dans ses troubles psychiques croissants.

En 1916, il fût démobilisé de l’armée allemande pour «désarroi psychique», bien qu’il n’eût pas été envoyé au front. Deux ans après, il publia son dernier poème. A Fribourg (dans le sud de l’Allemagne), il commença une vie nouvelle conscacrée aux des études de médecine.

En 1921, à l’âge de 35 ans, Paul Boldt mourut à Fribourg d’une embolie, après avoir été opéré pour une hernie inguinale.


 

Poems by Paul Boldt in English Translation by Daniel J. Webster

Young Horses

Those that know the fields in blush,
Driven on by inbred forces,
Snouts in wind, headlong they rush:
Oh, young horses! Oh, young horses!

Over ditch and stubble-grass,
By red hawthorn hedges in waves,
Trotting skittish herds, they pass:
Chestnuts, dapples, whites and grays!

Early summer mornings shed
Glistening sun, and then they neighed.
Clouds threw thunder, so they fled,
Flush with fear, they raced away.

At rare times, they will come near.
Gray noses sniff. Heads genuflect.
Pupils quiver in the spare
Visage of the human sect.

 

Spring

The whole night through, migrations came as though
In flight, with muffled steps, sans feet or limbs.
By morning, open fields had sheltered them:
The darkened woods, the sole place storms would blow.

As if a gate sprung open just to wash
The world with light that wished to spread through veins
Which pulses cleanse, the tree-sap glides in streams
Of spring and floods the lowlands and the marsh.

Like March, good fortune ambles up to me.
Young girl, it’s good that you are woman. This hour
Demands it. Kiss me! We don’t need to purr

Some phony words to reach our ecstasy.
Ah you, your hair smells of the early wind
Of white-hot sun—of sun—of sun—of wind.

 

Nights Over Finland

Off to the East, the light in fir woods fails.
From lakes in which the Ghost of Night has bathed
Its yellowed head, crowned by a smoky haze,
There is a scent of new night’s stars, which it inhales.

Some scattered fence-posts made of spruce, white-pale
Mushrooms and branches, side-by-side are glazed
In frozen lines—their borders a filigree maze—
The contours drawn in clean, ripe frost’s details.

Up to the old and rounded, blackened ice
Of earth, the rivers freeze and cease to flow.
In banks of rock, there shines the level gneiss.

And in the bright and burnished moors that glow,
Crows shriek eternally. Day—and its deeds—
The mist and cold, fall like a sack of seeds.

 

The Vistula

A theme: this River; blood-sweet memory!
At Kulm, it goes back to its savage roar.
My sail—a girl—spreads on a parquet floor
Of pewter waves that shine immeasurably.

My fifteenth year. July bursts into flames
Of hell-bright waves, in which your body’s immersed.
The viper’s flown; my whitened laughter bursts
Among green fields where currents flowed, untamed.

Some Russian rafts then pierce the end of day.
And unknown women sit by campfires there,
Their schnapps and stolen bacon mine for the taking.

We anchor while the old ones stay away.
We gorge upon each other, but fiercely stare
At this: the sound of women’s laughter breaking.

Comment: The Vistula is a major river running through
what was the West Prussian  countryside of Paul Boldt’s youth.
It is in present-day Poland. And Kulm,  mentioned in line two, is
the German name for what is now the Polish city of  Chelmno.

 

Sea-Journey at Night

These winds have tails made of a dozen gulls.
They beat the air with hollow whistling shrieks.
The sea rolls strangely forward, then it breaks
To bits and polishes the spines of shoals.

Our sail begins to crack. The oar-blade beats
Those self-same waves, which first yield at the bow
Then fall away behind, where gulls allow
Their wrath to mow them flat as sickled wheat.

The wind picks up. It doubles the breeze and stacks
Bright water-mountains steeper than before,
Just like a huntsman who’s unleashed his pack

Of maddened dogs; but unafraid, the boar
Will bare its teeth and stop to look around,
Then rip the flesh out of the baying hounds.

 

The Prostitutes of Friedrichstraße

It’s always side-streets that they linger on.
Rigged out like sister fishing ships, they dress
The same. Discerning glances will assess
Them, as they sport about like swimming swans.

Among the swirling crowds, the fishes’ route.
A bald one ogles them; a sunfish pleads
For S&M; a wide-eyed gudgeon speeds
Ahead; he’s hauled in by a painted boat.

Consumed by flesh, he shoots on deck; he zooms—
A rocket shell! They gut him of his lust,
Like careless kitchen maids who have no room

For sentiment; then, using all their guile,
Cut bait for their next catch. With bodies thrust
In silk, they step down streets with duchess-smiles.

 

At Noon

Now day sprawls like Leviathan across
The sky at rest. Its pale snout floods all forests
Leaf-shedding trees shake in their solar dress,
As if the park were lit in holocaust.

The heavy mill keeps up its even beat,
Crowned by an aqua-halo that will enhance
Twilight. But now, the water’s in mid-dance,
And azure falls in weightless noontime heat.

Some clouds of orange shall give birth at night
With shaking bellies, to lightning sheets. One sees
The wings of dragonflies and moths, though bees
That buzz inside bean-patches are lost to sight.

Within your veins, the scent of heliotrope
Is burning, cooled by sweeter jasmine. Nerves
Now ring with fantasies, the lines and curves
Of eerie fantasies by Félicien Rops. [1]

The wild boar buries shining teeth in pine,
Harassed by thirst. The state preserve for game
Is dead, and smokes like red-hot slate. In flame,
The choking night burns for the longest time.

1 Félicien Rops (1833-1898): Belgian artist whose works are
associated with the literary movements of Decadence and Symbolism,
and especially with the poems of Charles Baudelaire.

 

Night for Night

Like shining caterpillars, highways crawl
From forests over mountains into dales.
And sunset clouds lie stranded, large like whales
By lakesides, motionless, unmoving, stalled.

Daytime’s run dry. Til morning feeds it anew,
Black night will gush out from the fountain-skies.
Stars gleam, small, distant suns. Below them lies
A pond that shines like iron’s darkest hue.

The moon, a young boy standing in a pool,
Illuminates each garden bed. Like gauze,
The forest shimmers, the mountain’s cap of blue.

A small-town church-tower rises, an ornate vase,
From gaud-strewn, gabled roofs that it shoots past.—
Sleep freezes people in its plaster cast.

 

Cattle

The herd of black and white besets
The faded meadow green.
Now here, then there, the sillhoettes
Of heads cast shadows on the lea.

The pastures breathed no more. A low
Broke out from every bovine throat;
The July light began to flow,
The clouds commenced to float,

And under them, a fleshy ocean
Strolls on in cloverleaves.
The yapping dog dictates their motion.
Back off, go forward, hobbling ancient beeves.

They low and lie in grass again.
Dumb bulls go shuffling by.
The calves are chased into the pins—
As milkmaids give full-throated cry.

 

North Wind in the Summer

Sea-scented wind flies up into the land.
The darkened parklands flutter in the breeze.
And clover hills breathe meadow’s fragrancies.
The sky, unconscious of its act, now stands,

A pale-white angler in a sea of rye,
Where aqua-jets arise as flights of doves,
Where clouds run into valleys from above
The rye—whose heads bend like those fish that fly.

White clover shoves this day in June aside.
At times, some herons fly about the dumb
And muted lake devoid of fish. Bees hum
Above its face, then leave in listless flight.

I gallop under sun on my white steed,
And floating, so become the northward wind.
With shreds of sun about my neck, I wend
My way. By noon, I will have reached the sea.

The Steeple Climber

He suddenly could feel it try to grip
At him—the earth below, above the skies
In which the jackdaws hung, and where the winds would rise.
Around him now, he felt a whistling whip.

He shuddered at the sight of sea, and of a ship
That yellow billows pitched from side to side,
And saw the waves, the waves—the waves that tried,
Like weavers working, to mend his unformed wits.

A gargoyle jumped at him, it bayed and cried.
He quaked and grasped an ornate, upright stone
That creaked and broke—a devil, petrified,

Bounced jokes off this cathedral. All alone,
He listened close—the punch line fumed brimstone.
He fell! His chilling shriek rose far and wide.

 

The Deluge

From where the sky begins, the clouds ascend
And drink the heavens with their throats of rain.
Atop the highest rocks, the people strained
To bite blanched wits that could not comprehend

How lice could creep out of the sea, as lakes.
In last night’s storm, the tallest poplars drowned.—
They heard the stars cross night with tripping sounds
And sniff in space the scent of earth’s warm haze.

The sun then swam in water without waves.
The waters fell. The lakes all ebbed away.
Earth wore the lucent apron of the sea.

The stars stood faint, deprived of what they craved,
With raspy breath above the Eastern Cape.
One star sprang at the Earth, but missed its prey.

 

© 2005-09 Daniel J. Webster (Translations of Paul Boldt Lyrics)
Texte mit freundlicher Genehmigung von Daniel J. Webster.

Daniel J. Webster: “Keeping Order on My Shelf”
Publisher:  iUniverse, Inc.
ISBN: 0-595-33915-8
Publishing Date: 2005
EURO 10,95 (beim deutschen Amazon)/$11.95 bei Amazon in  Amerika

Poèmes de Paul Boldt en traduction française par Eberhard Scheiffele

Navigation nocturne  (Nächtige Seefahrt )

Queues de douzaines de mouettes, les vents,
Siffles sourds, fouettent l’air.
Et d’un roulement dur, la mer
S’empare, se brise, récure les récifs glissants.

La pale frappe, la voile crisse.
Les vagues frôlent l’avant et à l’arrière
Retombent, où la colère
Des mouettes insulte sa houaiche lisse.

Soudain raidie, la brise redoublée,
Le vent projette les masses claires plus âprement
Tel un piqueur qui, meute muselée,

La lâche, avide. Pourtant le sanglier puissant
S’immobilise, puis il affronte soudain,
Babines retroussées, et déchire les chiens.

 

Jeunes chevaux  (Junge Pferde)

Qui connaît les prés en fleur
Et connaît le long troupeau
Emporté, chanfreins au vent :
Jeunes chevaux, jeunes chevaux !

Par dessus les fossés, les chaumes
Le long d’épines rouges, les chevaux blancs
Et toute la manade souffle,
Les bais, les pies, les alezans !

Quand les jeunes matins d’été
vont d’un air blanc, ils hennissent.
Le nuage jette l’éclair,
Ils galopent, effrayés.

Parfois leurs naseaux gris
Flairent ; s’approchant ils encensent
Et les étoiles de leurs yeux tremblent
Dans nos regards réduits.

 

Le matche de boxe  (Boxmatch)

Les signes de leur colère et de leur furie
Qui les poussent à l’affrontement,
Augmentent. Ils halètent, maintenant
Dégoulinent (une jeune effarouchéecrie)

Comme des tuaux de blessures fendillés,
Ils piétinent lourdement une flacque de sang
Et s’assènent pour ne pas tomber
Des coups étudiés, délibérément lents.

Mais la populace hurle, et le huées les poussent l’un
Dans l’autre. Comme les ailes d’un moulin
Les bras tournoient. Les coups claquent sourdement.

L’un projette son crâne comme une pogne
Que l’autre happe; les poings cognent.
Son rire saigne, triomphant.

 

A la terrasse du café Josty  (Auf der Terrasse des Café Josty)

Dans un rugissement continu, la place de Potsdam
Transforme en glaciers tous les traits d’avenues :
Avalanches résonnantes de trams,
Véhicules, hommes résidus.

Les humains ruissellent tel des lézards
Véloces, de laborieuses fourmis.
Fronts, mains, regards éblouis
Flottent, taches de lumière, dans une forèt noire.

La nuit, grotte creusée dans la pluie,
Où les chauves-souris battent des ailes blanches
Et de mauves méduses se multiplient,

Flaques d’huile chatoyantes, que les voitures tranchent. –
Nid scintillant le jour, Berlin la nuit nous infeste,
Jailli de la fumée comme le pus d’une peste.

 

Tilleuls  (Linden)

Poudrés de forêts et de réverbères
Entrent les tilleuls et quelques platanes
—Parmi les arbres ce sont des courtisanes —
Avenue des Ėlecteurs, flot de jeunes filles.

Nymphes des forêts avec vos coiffes de feuilles —
L’on doit être le vent pour vous embrasser.
Jolies Dryades, rêvez-vous de fermes bordées
De fleuves et de prés entre les champs de blé?

La flèche d’éclat dans vos cheveux verdis,
Ah ! vous voilà élégantes déjà,
Juives, — que j’ai aimées, ce barbare, moi,

Dans mon sang la tempête et le nord sauvage.
La lune luisait, sans traces elle se perdit,
Maintenant gît là, un oeuf dans son nid de nuages.

 

Jeunes filles adultes  (Erwachsene Mädchen)

Qui depuis Fragonard connaît encore
Ce que veulent dire deux jambes rebondies,
Chair remplissant la robe comme si
La soie en chaque pli accouchait du corps.

Vos hanches poussent du corset telles des fers
Brûlants le tissu des jupes, auxquelles,
Comme les abeilles vers les rayons de miel,
Nos regards rampent à travers les airs.

Ah ! Juveniles soleils ! Lumière de chair !
L’ambition des allegories et des jolies choses
Dans le poème. Cela nous fascine.

De vos draps tièdes, je veux faire pousser des roses,
Et une petite lune d’urine
Qui jaillit de votre sang, astre clair.

 

Exécution 1913  (Hinrichtung 1913)

Écoute ! –  – ils  arrivent ! Il hurle l’obscurité.
Aïe ! Il volette comme une chauve-souris
Contre les murs. Vite ! Hors d’ici !
« Je vous en prie … » commence le curé.

Il est assis puis comme un singe glisse
D’entre le curaillon sur son train.
Mais les robustes matons entraînés, non en vain,
Haletants et baignés de sueur, le saisissent.

On l’emmena. Il ne retint l’urine,
Libère ses mains pour protéger son cou.
Il criaille et ne voit que l’homme dans son frac :

Sa langue battait la breloque :Tac   tac   tac !
Elle cafouillait encore quand d’un coup
Sauvagement la hache mordit la racine.

 

Les prostituées de la Friedrichstraße  (Friedrichstraßendirnen)

Dans les ruelles amarrées en lignes,
Gabares de pêche également gréées,
Palpées par les regards, expertement jaugées,
Elles se laissent flotter comme des cygnes.

Parmi la foule, banc de poissons
Un chauve lorgne, un gardon souffre son rut,
Soudain un goujon s’élance, mû d’émotion subite,
Sur le pont d’une gabare peinte, il frétille à l’hameçon,

Tendu de volupté comme un projectile !
Mais semblables à des ménagères viles
Elles la lui arrachent comme des tripes

Sans états d’âme. Puis pour la nouvelle proie
Se seignent de fripes de soie,
Et descendent alors avec leur grave sourire.

 

La mort-femme (Frauentod)

La mort m’enlace dans les femmes ardentes.
L’accouplement dissout les cellules violemment.
Je parcours des provinces de sentiments
Joyeux et tombe dans l’épouvante.

La nudité te rend belle, tout visage, catin.
Chair sainte à genoux dans la chevelure.
Je reste au pied de ton autel, tout sourire,
Échappé de la mort au sommet de tes seins.

Mais après l’étreinte, toute chair
Enfin, laisse transparaître les os clairs,
Les muscles luisent sur le squelette, désagrégés.

Je meurs, personne ne m’a parlé. Rien.
Égaré, je laisse les mots sortir de moi, me balbutier,
Et je te sens écumer de sang, de seins.

 

Café littéraire  (Literaturcafé)

Ça gronde, ça roucoule, dans la boutique à paroles :
Il crie « Ego ! », l’écho de la maison ;
L’homme de lettres ou la prétention :
Cet inlassable verbiage du cerveau guignol.

Ça se rassemble, ça raconte toujours.
Y en a-t-il aucun pour crier, ressentir la colère !
Vous aimez mieux dompter ein blagues les discours,
Mais avec des sédatifs vous singez l’enfer.


Nous les poètes  (Wir Dichter)

Solitude, comme elle emmure dans l’oeil le moi.
Tu n’es pas vénal et tu te retires.
Va à travers la foule voler des sourires,
Épuise tes baisers sans embarras – :

Un cri te brûle le corps ! Seul, trop.
Il n’y a que notre sang et ses vivats,
Les délices de notre art, cette anima !
Le cœur se meut à l’intérieur du mot.

De nos mutismes nous devons nous départir !
En existant ne pas seulement vieillir.
Encerclés de femmes-visages qui se taisent,

Maintenant et une fois au moins à notre aise
Nos lèvres porteront la couleur du coeur : carmin
Et parleront notre dialecte humain.

 

Monogamie  (Monogamie)

Chair. Elle se meut d’ombres vermeilles
Et s’infiltre en dix gouttes d’orteils.
Laisse-toi regarder par l’œil de mon âme !
Dis quelque chose ! Appelle-moi homme, ma femme.

Les baisers me frappent ! Quelque puissance surnaturelle
Doit bien exister dans les bras qui se rassemblent.
Dans le chaud bivouac des cœurs nous reposons ensemble
Comme des camarades dans cette nuit charnelle.

Quand, sifflant dans mes cheveux, le matin s’amorce,
Tu dors de la bouche aux orteils, tout près.
Nous, mécréants, vénérons seulement le cœur.

Un couple de lions accroissant leurs forces
L’un l’autre. Sous les étoiles est leur demeure.
Nous ne mourrons pas. Cela ne pourra nous arriver jamais

 

Les baigneuses de Zoppot  (Badende Mädchen)

Conçues un jour. De cheveux et d’orteils
Les dos volent, ventres, nuques, genoux.
Et pareilles à de petites mains s’envolent des joues,
Visages-étoiles se dissipent en visages-mains vermeils.

Des femmes neuves se joignent voletantes à la composition,
La lumière disperse de petits plis de seins, de ventres-images.
Un petit bois de muscles scintille sur la plage.
Jeune Zoppot-tresse, de nombrils, de sourcils, de mentons.

 

Les porte-parole  (Die Sprecher)

Toi, homme-bouche avant le dernier râle :
La barque en mains, les doigts fermés sur les rames,
Nous avions vu des poissons dans la mer
Et maintenant des orteils et des mains m’enserrent.

Un muscle-camisole, de moi l’image.
J’ai failli suffoquer de frissons de nerfs.
Un voleur d’espace qui s’effraie de l’univers :
Dans le poisson frit, dans le goût, de la table le visage.

Le moi s’échappera, cerveau par-ci, cerveau
Par-là, de sa prison aux roses d’ouïes.
Les doigts du verbe ne fourmillent plus  sur les charmes de la
peau.
Il teste plus âprement le mot, l’homme métis.

Et elles absolvent, les bouches des croyants.
Que sorte ce qui est là : Tant de coeur pour la France.
Ensemble tous hurlent ce qu’ils pensent :
Tant d’hommes abattus combattants !

 

Adieu, sourires de jeunes filles!  (Adieu Mädchenlachen!)

Ils se séparent, ne pourront oublier
Les chemins qu’ils suivent  à l’instant.
Toi et moi, deux sourires seulement
Aux visions d’apocalypse mesurées.

Ô si seulelement se trompait ce que sûrement je sens !
L’effroi court dans l’avenir avec courage.
Tu gis là, écrasée de baisers, les cuisses pleines de sang :
Mon cerveau aboie; épousée sous l’éclairage.

Les dents des douleurs dans le cerveau plantées,
Ce qu’il ne torture pas, tue pas, mon sauvage esprit libertin !
Ô ma mère, aieule aux blanches mains,
Ramène-moi où je n’étais pas né !

 

Le poète  (Der Dichter)

Tout le poids du visage comme un musèe
Sur la boîte crânienne, et la douleur pend
Dans de grands yeux sans regard, brisés,
Et dans la bouche tordue par les chants.

Enfin il sourd du sang, le jet obscur,
De passion il devient dément.
Sa bouche grimace de volupté. Sourire
Sauvage, il cache son cri derrière ses dents.

 

Homme et humain femme  (Mann und Menschfrau)

Le parc lèche, verte frondaison,
La maison blanche où nous nous empoignons.
La peur dans tes yeux. Les érables bruns
Frôlent les carreaux, nus indiens.

La tempête a saisi la nuit, négresse,
Cette forme de câlin, t ne la comprendras.
Laisse-moi boire à toi pourque je mûrisse,
Les yeux calcinés, ta nudité les noie.

Je mourrai seul, tu attends un enfant.
Mes muscles bruns, par les jours desséchés,
Tu pourrais les blanchir maintenant.

Tu rends présent l’Eden et l’Orient,
Dans une forêt cérébrale nous flânons nus.
Ange, ton ventre est sombrement barbu.

 

Avenue du soir (Abendavenue)

La rue de sons irradiée,
Couverte d’odeurs phantasmées,
Et de hanches dans des étuis bleus roi
Que pour séduire, chaque pas moud et broie.

Les filles de joie arrivent, grinçantes, foudres
De volupté, et de jeunes bourgeoises décentes,
Elles et d’autres qui muent déjà, adolescentes.
D’écarlates sourires glissent dans la poudre.

Diable ! Comme les pélicans nous deviendrons,
Gavés des regards de ces fillettes,
Avides de contours et de silhouettes.

Elles passent toutes, seules, un instant
Et, d’entre les dos gras de leurs mamans,
Parfois, silencieuses, jettent un oeil vers nous, les garçons.

 

Parc en automne  (Herbstpark)

La maladie jaune règne. Comme des soûlards impénitents
Les crânes rouges des érables leurs feuilles perdent.
Et les bouleaux flamboient comme d’alertes
Filles des rues sur le champs noir dans les bras des vents.

Et comme les mains d’une femme qui pense
A son époux et à l’intense jouissance
Le soleil blanc refroidissait, mais toi,
Tu dois te souvenir des nuits du sixième mois.

Dans ces nuits colorées, dit-on, il gelait.
Le parc est tout bouleversé. Des deux étangs
La voix des roseaux tachetés tremble,

Quand les vagues quittent la plage en rampant,
Et la pluie menace. En froc, choeur muet,
Les nuages autour des chênes géants tournent ensemble.

 

Le déluge  (Die Sintflut)

De tous les horizons des nuages grandissent
Et de leur cous de pluie le ciel engloutissent.
Des êtres humains sur les plus hauts rochers
Mordent des fronts blancs qui ne peuvent imaginer

Que rampaient les poux, les lacs, de la mer.
La tempête du soir noyait les peupliers.
Ils entendirent les étoiles sur la nuit piétiner
Flairant de l’espace la chaude odeur de la terre.

Puis le soleil flotta sur des eaux étales.
L’eau baissa. Les lacs croupirent.
La terre portait de la mer le tablier pâle.

Blafardes d’envie, les étoiles debout,
Cap à l’est faiblement respirent.
L’une saute vers la terre, trop court.

 

L’escaladeur de tour (Der Turmsteiger)

Soudain il fut saisi, il le sentit,
C’était la terre, et en haut c’était
Le ciel, les choucats pendaient, les vents levaient
Et lui sifflaient autour, il le sentit.

Il frémit, vit la mer, un navire bercé.
Les flots jaunes allaient, venaient, poussaient.
Des vagues, vagues – vagues travaillaient
Sur son concept encore inachevé.

Une gargouille aboya, vers lui elle bondit.
Il trembla et saisit und fiale
Qui en craquant s’est brisé.

Les blagues d’un diable pétrifié
Assaillaient la cathédrale – cauda finale:
Il chuta, dégringola ! Son cri perçant jaillit.

 

Dans le monde  (In der Welt)

Je laisse mon visage tomber sur les étoiles,
Qui comme frappées en clopinant s’écartent.
Les forêts s’en vont vers la lune, méduses noires,
Dans une mer de bleu, d’où saluent mes regards.

Mon moi s’est enfui. Il fait le voyage interstellaire.
Ce n’est pas moi qui fait luire les vêtements.
Les jours se meurent, vieillards blancs.
Des nerfs sans moi sont pleins d’angoisse et pleurent.

 

© 2005-11 Eberhard Scheiffele (Traductions des poèmes de Paul Boldt)
Texte mit freundlicher Genehmigung von Eberhard Scheiffele.

Monsieur Scheiffele vous serait reconnaissant de lui envoyer vos suggestions pour ame(accent)liorer les traductions.

Soyez libre d’envoyer un mail à M. Scheiffele. Merci.
(par http://pendzich.com)

Eberhard Scheiffele ist Autor des Dramas
“Ausrufung des Jahres Null”,  Iudicium-Verlag, 2005.

 

Archiv-Material | Faksimile

Titelbild:


Abschriften der (Rohr-)Postkarten von Paul Boldt an Egmont Seyerlen – mit freundlicher Genehmigung von Eberhard Scheiffele:


Faksimles aus „Die Aktion“:

Der Leib

Blut trägt die Antlitze, wie Wasser trägt.
Das Antlitz hat die Ohren an dem Hals.
Das Antlitz-Rad hat von dem Schwung des Alls
Die Ohren rauschend, die das Blut aufschlägt.

Ein Kopf voll Glieder bin ich nicht entmischt:
Den Nasenteil der Form und den Teilarm
Im Schädelsack bei dem Subjektenschwarm.
Zum Arm hinaus im Hirne hängt die Hand.

Gott ließ das Meer rauschend in Wellen liegen.
Ich ward gevierteilt und Höllendetail.
Auf einem Auge, einer Wange geil:
Das Hirn wirft einen Mund auf: Gnade! Gnade!

O fingeriger, roter Ich-Zufall.
Ich, das die Zähnedistel so behäutet:
Ich, das der Mund, Altnase so bedeutet:
Das steigt herab. Das will herab ins All.

Erstveröffentlichung:
Die Aktion Bd. 8, Jg. 1918, Nr. 31/32 (10. Aug)

Die Sprecher

Mundmann, du Sprecher vor dem Röchel-Ende:
Das Boot in Händen, ruderfingerkraus,
Wir machten auf dem Meere Fische aus.
– Und nun rahmen mich ein Zehen und Hände.

Ichbild, der Muskel, knittert als Zwangsjacke.
An Nervenschauern bin ich fast erstickt.
Ein Raumräuber, der vor dem All erschrickt:
Im Tischgesicht, im Bratfisch, im Geschmacke.

Los-wehen wird Ich: hirnher nach hirndort,
In Ohren-Rosen sinken vom Ichzwinger.
Im Häutereiz wimmeln nicht mehr Sprachfinger.
Der Mischling Mensch probiert herber das Wort.

Und lossprechen die Munde der Bekenner.
Heraus, was da ist: soviel Herz für Frankreich.
Einen Gedanken schreien alle klangreich:
Es gibt die vielen totgeschossenen Männer!

Erstveröffentlichung:
Die Aktion Bd. 7, Jg. 1917, Nr. 26 (30. Juni)


Les porte-parole

Toi, homme-bouche avant le dernier râle :
La barque en mains, les doigts fermés sur les rames,
Nous avions vu des poissons dans la mer
Et maintenant des orteils et des mains m’enserrent.

Un muscle-camisole, de moi l’image.
J’ai failli suffoquer de frissons de nerfs.
Un voleur d’espace qui s’effraie de l’univers :
Dans le poisson frit, dans le goût, de la table le visage.

Le moi s’échappera, cerveau par-ci, cerveau
Par-là, de sa prison aux roses d’ouïes.
Les doigts du verbe ne fourmillent plus  sur les charmes de la
peau.
Il teste plus âprement le mot, l’homme métis.

Et elles absolvent, les bouches des croyants.
Que sorte ce qui est là : Tant de coeur pour la France.
Ensemble tous hurlent ce qu’ils pensent :
Tant d’hommes abattus combattants !

© 2005-11 Eberhard Scheiffele (Traductions de 22 poèmes de Paul Boldt)

Badende Mädchen

Einmal gezeugt. Aus Haar und Zehenspitze
Fliegen die Rücken, Knie, Bäuche, Nacken.
Und händchengroß entfliegen rote Backen.
Der Antlitzstern zerfliegt in Handantlitze.

Zu der Figur flattern hinaus Neufrauen.
Das Licht zerstreut Bauch-Bild und Brüstefältchen.
Im Sand beisammen leuchtet Muskelwäldchen,
Zopf-Zoppot, jung mit Näbeln, Kinn, mit Brauen.

Erstveröffentlichung:
Die Aktion Bd. 6, Jg. 1916, Nr. 47/48 (25. Nov.)

Erläuterungen:
Zoppot.  mondänes Ostseebad,  heute: Sopot.


Les baigneuses de Zoppot

Conçues un jour. De cheveux et d’orteils
Les dos volent, ventres, nuques, genoux.
Et pareilles à de petites mains s’envolent des joues,
Visages-étoiles se dissipent en visages-mains vermeils.

Des femmes neuves se joignent voletantes à la composition,
La lumière disperse de petits plis de seins, de ventres-images.
Un petit bois de muscles scintille sur la plage.
Jeune Zoppot-tresse, de nombrils, de sourcils, de mentons.

© 2005-11 Eberhard Scheiffele (Traductions de 22 poèmes de Paul Boldt)

Frauenfeuer

Die Frauenfeuer, so strahlende Augen.
Das Ornament der Schädel ist symmetrisch.
Das Auge vor dem Hirn blinzelt verrätrisch:
Schön ist das Fleisch beleuchtet von den Augen.

Im Jahresdurst. Kein Schrei verläßt das Hirn.
Auf unsern Lippen stumm leuchten sie nackend.
Der Mann stürzt vorwärts mit den Armen packend.
Sein Antlitz krümmt der Schmerz in einen Stern

Aus strengem Licht. Sie aber haben Charme.
Wie Nackende das Lächeln anbehält,
So daß es ihr über die Brüste fällt.

Und folterkräftig ist die Nackte warm
Neben den armen Nackenden gestellt.
Die Fingerglut des Nackten an dem Arm.

Erstveröffentlichung:
Die Aktion Bd. 5, Jg. 1915, Nr. 45/46 (6. Nov.)

Frauen in den Straßen

Die Schenkelschweife an den Rippen.
Kopfhaft und wie ein Kuß gebaut,
Gleitest du dunkle Unterhaut
Seele: du Blutgestalt mit Lippen.

Der Tag voll Nase, Auge, Zopf
Hat die Magie, mich zu verwirren.
Schönheit zerreißt uns an der Stirn.
– Seele küsse mich an den Kopf!

Die Hände, deine Geberinnen,
Ein Erdlachen oder den Schrei.
Ich habe deiner Hände zwei
Verschluckt, oder du machst mich innen.

Erstveröffentlichung:
Die Aktion Bd. 5, Jg. 1915, Nr. 39/40 (25. Sept.)

Das Bad des Blinden

Irgendwo vergeht Berlin.
Da nimmt die Sonne seine Hände.
Die Linden bleiben grün um ihn –
Er riecht: im Winde duften Brände.

Blaßrosa, seine Lippen fühlen
Das kühle Schwarz des Flusses, Flusses,
Er schmeckt, wie die Vokale kühlen,
Und den nervösen See des Kusses.

Ein Mädchen, nackt, hat ihn geküßt
Und zieht ihn in die blauen Wellen.
Er zuckt und schreit, vom Licht durchsüßt:
Die Wellen! oh – die roten Wellen!

Erstveröffentlichung:
Die Aktion Bd. 5, Jg. 1915, Nr. 29/30 (24. Juli)